Gustavo RIEGO

click the image on the right to enlarge
Mon travail artistique se manifeste sous toute forme d’image ou de création spatiale. J’ai appris à voir le monde à travers un objectif. La photographie donne une autre perception de l’espace dans lequel nous vivons. C’est ce qui m’intéresse le plus, être capable d’interpréter les choses d’une manière qui n’est possible qu’à travers l’art. Il y a toujours un aspect politico-social dans mon travail. J’essaie de comprendre notre société et sa façon de fonctionner afin de la transformer. Comme artiste, je vise à construire une attitude critique. Je vise à déconstruire les valeurs symboliques et les conventions établies.
En travaillant sur la perception et l’impact de l’image, je me donne pour mission de questionner l’image dans l’art d’aujourd’hui et les rapports qu’elle noue avec la démocratie. Et ceci puisque les images documentaires qui circulent dans le monde entier, grâce aux nouvelles technologies, n’ont pas les mêmes fonctions. Elles n’y opèrent pas de la même manière. Je reprends dès lors une réflexion sur la société du spectacle de Guy Debord. C’est à partir de cette dimension analytique et critique que je poursuis mes recherches. Je tente d’ouvrir le champ de la conscience de l’art. Je questionne en même temps l’institution artistique, ses paramètres cognitifs, structurels et discursifs.
Le travail plastique peut prendre diverses formes au travers de divers média. Depuis deux ans, j’utilise ,en parallèle avec d’autres media, le support du papier journal et plus précisément les pages de cotations boursières sur lesquelles je pratique des incisions en m’inspirant de la photographie documentaire (catastrophes naturelles) et dont j’interprète l’image pour qu’elle devienne une représentation plastique et critique. (Gustavo Riego)
 
Gustavo Riego découpe au cutter des images de catastrophes naturelles dans les pages de cotations financières des journaux. Grâce à ce procédé, il établit une double lecture critique de l’actualité en créant un chiasme entre ces deux dimensions. Il obtient ainsi un regard critique et plastique sur l’actualité. Ce travail donne une vision trouble et simultanée, bien que très précise, de l’enfer économique et humain qu’engendrent des catastrophes et des paradis artificiels, issus de nouvelles sortes d’image d’épinal du tourisme de masse dont on nous fait aujourd’hui l’apologie. Ce sont à chaque fois des contre-images qui produisent, de manière oblique et à travers un calme apparent, la sensation d’un malaise d’une extrême brutalité qui déplace les catégories habituelles de la pensée et de la perception. C’est pourquoi l’artiste rend à nouveau aux images une présence active qui travaille contre l’idéologie dominante, loin des univers étanches que l’on nous propose afin d’éviter soigneusement toute confrontation. Ce traitement de l’image permet peut-être à l’artiste de communiquer au spectateur une nouvelle critique radicale qui pourrait enfin réveiller chez lui la conscience des contradictions qu’on lui impose sournoisement. (Victor Hugo Riego)
 
Gustavo RIEGO
(°1983, lives and works in Brussels, Belgium)
 
EXHIBITIONS

2012
Anyspace Gallery, Brussels (SOLO)
PRESENT!, La Centrale Electrique (European Center for Contemporary Art), Brussels

2011
MAAC, Maison d’Art Actuel des Chartreux, Brussels (SOLO)
Coming Soon (vol.I), Anyspace Gallery, Brussels
Art 42 Basel, Intervention dans l’espace public Crooked Pretzel’s (en duo avec Jeremy Fournié)
 
2010
Summer Show, Galerie Aliceday, Brussels
ARBA-ESA (“Intervention” sur la façade de l’Académie)
Real Maestranza de Wall Street Wall Street, performance 18.01. 2010, New York
Oeuvre collective Layer, Curo Hall, Bruxelles

2009
Rainbow Cannons et Salutat Cladi, Festival De Facto performances
Exposition des Master (atelier AESP/ARBA-ESA), CCJFranck, Bruxelles
Première Expostion collective de Interstice Collective, Résidence ONVA, Bruxelles
Performance sonore de 0°1533, Alliance Française de Quito le 13.08.2009
Deuxième Expostion collective de Interstice Collective, Résidence ONVA, Bruxelles
 
2008
Exposition nouveaux medias (atelier AESP/ARBA-ESA), Matarcar, Bruxelles
Installation Video, Festival Azimut, Centre culturel Bruegel, Bruxelles
VJing, Maldita Fiesta, Ancienne Brasseries Belle-Vue, Bruxelles
 
PUBLICATIONS
 
l'Art Même n°53. Quatrième trimestre 2011, "A la découpe" par Tristan Trémeau.
revue Victoire du journal Le Soir, Vendredi 30 Avril 2010
Folder paru avec la collaboration de l’ARBA-ESA et de l’ONVA, Février 2010
l’Art Même, Quatrième Trimestre 2009
Rainbow Cannons, Festival De Facto, l’Avenir, 8 Juillet 2009
Interview et images pour le concours collection RTBF/Canvas
 
PRIZE
 
Bourse Cocof 2011 et Résidence d’artiste à la Maison d’Art Actuel
Prix Horlais-Dapsaens 2008