PAST EXHIBITION :

Sebastien CAPOUET
Jun. 6th - Jul. 12th, 2013

Artist page
(version française ci-dessous)
------

Sébastien CAPOUET 
(°1989)

The Anyspace Gallery is pleased to introduce the first personal exhibition of Sébastien Capouet. The device for this exhibition includes paintings and photos that the artist approaches on an egalitarian level, and for which he uses the generic term Tableau. His practice constantly comes and goes between photography and painting, in a context in which both media question and stretch the other.

Both proceed with a time of composition and a time of recording. They work according to different modalities, but are intrinsically connected and work towards the same goal: the tableau as a performance of sight. Sébastien Capouet approaches this visual structure as if it were the stage and the receptacle of a series of experiences encompassing the corporeal, the visual but first and foremost memories.
 
Memory as an operating machine

The elaboration of these tableaux does not come from a process of documentary investigation on a precise subject or on a determined story. They originate from the memory of a place and the sensorial and imaginary experience it arouses: the physical confrontation with a landscape, the symbiosis that results from it and the immaterial traces that are inscribed into memory. The artist thus attempts a reconstitution and a modernization of the traces through different steps: a journey, the creation of a fictional character, photo shots, inventorying, the elaboration of a database of images and patterns, the virtual construction of the canvas and, finally, its realization. In both his paintings and photos, Sébastien Capouet’s process includes a passage from a digital form, using its potential for duplication, multiplication, malleability, and thus allowing us to access through technology a deeply buried memory and imaginary.
 
The character inscribed in the landscape

It is therefore from this uncertain memory of the materiality of a place that pattern of fiction is generated: the integration of a character in a landscape and the setting up of a stage-like device. The character is created from a costume tailored with elements gathered throughout the journey. The character is thus given a hybrid personality, formed by assembling heteroclite materials and textures. A composite heap sometimes even able to confer an absurd and dreamlike side. Existing only through the photographic space, the characters are presented as immobilized and stuck bodies, always existing in the extension of their environment.
 
The photography-tableau

A multitude of quick-burst photographic shots of the character are taken from different angles, which create a consistent body of images. Some of them are carefully selected and printed. The use of black and white has the property of working like a steamroller, which reinforces the flatness of the image and stresses the grounding and the integration of the character in the landscape. The distinction between different visual perspectives tends to disappear. The use of a large format also contributes to a change of relation with reality. The captured object is stretched and spread out into a material surface close to the pictorial space, approaching abstraction. The sharpness of the images, their pictoriality and the singularity of the frames bring a loss of physical and time references in which animal, vegetal, mineral, the immensity of the landscape and the tiny details of rocks become tangled. An elaboration of the surface witnessing a transformed visual field.
 
The object-book

A wider selection of images is gathered in the object-book. It originates from the intention of sharing an imaginary breeding ground and allows a game of quasi-unlimited formal and visual associations and combinations. It multiplies the analog bonds like a game of encounters between things with different origins but which combine and fuse one other at their limits. Its elaboration underlines temporality’s fictional development, whose duration is that of a moment invented from mixed events and instants. Following a principle of organization through successive steps, it allows a great diversity of formulations and gives the reader-spectator the freedom to create her/his own fiction.
 
The painting-tableau

The body of photographic images calls for a process of  deciphering and sedimentation. The artist needs to absorb this flux of images and bring it towards a process of lamination. In other words, he needs to understand the modes of perception, the ways in which each image reveals itself, in order to catch the action regimens that they later allow to project. During a long period, the artist built an actual inventory of pictorial signs: patterns, silhouettes extracted from photographic images, stains, prints of objects, waste and scraps, monotypes… which each at a time are shot and confined within the computer’s space. A virtual database as “prophetic memory” that allows him to later work through accumulation and montage.

The paintings, apparently spontaneous and as if coming from a single gesture, are actually carefully constructed and prepared. Before starting a tableau, Sébastien Capouet establishes a sort of virtually constructed “draft” with the help of computer software. This study is carried through with different layers, each corresponding to an action regimen picked from the inventory. The artist preliminarily establishes an execution protocol. He must be able, before executing the painting, to visualize and mime the different gestures and operations that he will have to repeat during the successive elaboration of the tableau.

The canvases are thus painted like a palimpsest. A process of juxtapositions in order to allow the coexistence and the concomitance of several evocations, which is a way to have memories resurface and come back into action, to make them present. To show at the same time several diachronic paintings, belonging to different steps of writing. Each step of the tableau is photographed and recorded in progress, nourishing in turn the inventory, materializing yet again memory. Creating an inventory to invent, painting in the aftermath.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sébastien CAPOUET (°1989)

 
La galerie Anyspace est heureuse de proposer la première exposition personnelle de Sébastien Capouet. Le dispositif mis en place pour cette exposition comporte des peintures et des photographies que l’artiste aborde sur un pied d’égalité et pour lesquels il utilise le terme générique de Tableau. Sa pratique opère un va et vient constant entre peinture et photographie où chacun des médiums employés questionne et prolonge l'autre. 

Tous deux procèdent à la fois d'un temps de la composition et d'un temps de l’enregistrement. Ils fonctionnent selon des modalités différentes mais sont intrinsèquement liés et concourent à une même chose: le tableau comme performance de la vision. SC aborde cette structure visuelle comme la scène et le réceptacle d'une multitude d'expériences tant corporelles que visuelles mais aussi et surtout mémorielles.

La mémoire comme machine opérante

L’élaboration de ces tableaux ne participent pas d'un travail d'investigation de type documentaire sur un sujet précis ou sur une histoire déterminée. Ils naissent du souvenir d'un lieu et de l'expérience sensorielle et imaginaire qu'il a suscité : la confrontation physique avec un paysage, la symbiose qui en découle et les traces immatérielles qui s’inscrivent dans la mémoire. L’artiste tente alors une reconstitution et une réactualisation de ces traces à travers différentes étapes ; le voyage, la création d’un personnage fictif, les prises de vue photographiques, le classement, l’élaboration d’une base de données d’images et de motifs, la construction virtuelle de la toile et enfin sa réalisation. Tant dans ses peintures que dans ses photos, les processus de travail de Sébastien Capouet incluent un passage par le numérique, utilisant ses potentialités de duplication, de  multiplication, de malléabilité, et nous permettant d'accéder par la technologie à une mémoire et un imaginaire profondément enfouis.

Le personnage inscrit dans le paysage

C'est donc de cette mémoire incertaine de la matérialité propre du lieu que se génère la matrice d'une fiction : l'intégration d'un personnage dans un paysage et la mise en place d'un dispositif scénique. Le personnage est créé à partir d’un costume confectionné avec des éléments glanés au cours du voyage. Il s’agit de donner un caractère hybride au personnage, formé d'un assemblage de matières et de textures hétéroclites. Un amas composite allant parfois jusqu'à leur conférer un côté absurde et onirique.  N'existant que par le biais de l'espace photographique, les personnages s'y présentent comme des corps immobilisés et enlisés, s'inscrivant toujours dans le prolongement de leur environnement. 

Le tableau-photographie

Une multitude de prises de vues du personnage sont prises en rafale sous différents angles, ce qui génère un corpus d’images assez conséquent. Certaines sont soigneusement sélectionnées et font l’objet d’un tirage. L’utilisation du noir et blanc a la propriété de fonctionner comme un rouleau compresseur qui vient renforcer la planéité de l’image et accentuer l’ancrage et l’intégration du personnage au paysage. La distinction entre les plans tend à s’annuler. L’utilisation du grand format participe aussi d’un changement du rapport au réel. L'objet photographié s'étire et s'étale en une surface matérielle parfois très proche de l'espace pictural et peut même tendre à une certaine forme d’abstraction. La netteté des images, leur picturalité, et la singularité des cadrages induisent une perte des repères physiques et temporels où se confondent l'animal, le végétal, le minéral, l'immensité du paysage et les détails infimes de la roche. Un travail de la surface qui témoigne d'un champ visuel transformé.

Le livre-objet

Une sélection plus large d’images est rassemblée dans un livre-objet. Il a pour origine l'intention de partager un terreau imaginaire et permet un jeu d'associations et de combinaisons formelles et visuelles quasi illimitées. Il multiplie les liens analogiques à la manière d'un jeu de rencontres entre des choses d'origines diverses mais qui se combinent ou se fusionnent à leurs limites. Son élaboration souligne le déroulement fictif d'une temporalité, dont la durée est celle d'un moment inventé à partir d'évènements et d'instants mélangés. Selon un principe d'agencements par plis successifs, il permet une grande diversité de formulations et laisse ainsi le lecteur-spectateur créer sa propre fiction.

Le tableau-peinture

Le corpus d'images photographiques appelle à un déchiffrement et à un travail de sédimentation. Il s’agit pour l'artiste d’absorber ce flux d’images et de l’amener vers un processus de feuilletage. En d'autres termes, comprendre les modes de perception, les manières dont chaque image se donnent à voir, pour en saisir les régimes d'actions qu'ils permettent ensuite de projeter. Durant une longue période, l’artiste a construit un véritable inventaire de signes picturaux : motifs, silhouettes extraites des images photographiques, taches, empreintes d’objets, raclures, monotypes,... qui chacun à leur tour sont photographiés et confinés dans l'espace de l'ordinateur. Une base de donnée virtuelle comme "mémoire prothétique" qui lui permet par la suite de travailler par accumulation et montage.

Les peintures, d’apparence spontanées et gestuelles sont en réalité savamment construites et préparées. Avant de commencer un tableau, SC établit une sorte de "brouillon" construit virtuellement à l'aide d'un programme informatique. Cette étude est formée de différents calques, chacun correspondant à un régime d'action tiré de l'inventaire. Il s’agit d’établir un protocole d’exécution préalable. L'artiste doit être capable, avant même l'exécution de la peinture, de visualiser et mimer les différents gestes et opérations qu’il va devoir répéter durant l'élaboration successive du tableau.

Les toiles sont donc peintes à la manière d’un palimpseste. Un procédé par juxtaposition afin de permettre la coexistence et la concomitance de plusieurs évocations, ce qui est un moyen de faire resurgir, de ré-actionner des souvenirs et de les rendre présents. Faire voir synchroniquement plusieurs peintures de nature diachronique, appartenant à des temps d'écriture différents. Chaque étape du tableau en cours est photographiée et enregistrée, venant à son tour gonfler l'inventaire, matérialisant à nouveau la mémoire. Inventorier pour inventer, peindre dans l'après coup.