Frederic Collier | exhibitions

PAST EXHIBITION :

Sophie GRANIOU
GOBBLE HOLE

May 3rd - June 2nd, 2012
 
 Sophie Graniou / Gobble Hole / 03.05-02.06.2012

Sophie GRANIOU (°1983) plonge le spectateur dans un univers décalé, à mi-chemin, ou plutôt en suspension, entre un Musée et un Luna-Park, deux lieux apparemment hétérogènes. Et pourtant. SG ne s’intéresse pas aux musées des “Beaux-Arts”, mais plutôt à certains types de musées particuliers, moins visités, plus poussiéreux, aux scénographies plus "kitsch", ceux dans lesquels s’entassent des “objets” que Sophie Graniou voit comme des trésors d’inspiration. Ces musées proposent en général des mises en scène proches des cabinets de curiosités qui la fascinent (type Musée Dupuytren, Grévin, IIème Guerre Mondiale…).
 
L’aspect ludique se retrouve dans la plupart de ses oeuvres. On est plutôt du côté des “jeux de garçons”, type Flippers/Arcade/bière et Baby-Foot… Une réaction contre un art “féminin”, voire féministe, aujourd’hui érigé en système, un type de travail basé sur “l’intimité” féminine. Sophie Graniou s'intéresse aux objets de la “Low Culture” (objets du quotidien...), mais qu'elle présente de manière muséale, leur conférant une certaine "noblesse", celle de la "High Culture".
 
XenonFanthomPlayboy et Freedom font partie de la série des "Flippers" présentée dans cette exposition. Dessins réalisés à l'encre de chine au format du jeu. Ils reprennent la structure "géométrique" originale du flipper qui l'intéresse du point de vue de la partition des zones (chaque type de structure porte un nom que l'artiste a conservé dans les titres). Le flipper l'intéresse également dans son iconographie thématique; chaque modèle étant "décoré" sur un thème particulier. SG détourne ce procédé en le croisant avec des thèmes de vitrines de Cabinets de Curiosités (apparus au XVIe siècle, lieux dans lesquels on collectionne et présente une multitude d'objets rares ou étranges représentant les trois règnes: animal, végétal et minéral, en plus de réalisations humaines). Ce qui attire aussi l'artiste dans les Cabinets de Curiosités c’est l’aspect de collection. Le collectionneur devenant une sorte “d’artiste”, ou du moins de créateur par la juxtaposition des objets, leur mise en scène.
 
La série des masques intitulée Anatomie du Joueur se réfère directement au Musée Grévin et surtout au Musée Dupuytren, fondé en 1835 par Guillaume Dupuytren, professeur de médecine opératoire qui avait destiné une partie de sa fortune à l'instauration d'une chaire d'anatomie pathologique. Les pièces les plus spectaculaires, dont certaines sont parmi les plus anciennes, sont des représentations en cire de diverses parties de corps. SG reprend le procédé de présentation en moulant les visages de personnes qui l'entourent. Les jetons sur la langue des joueurs peuvent être des pièces pour la partie, ou des pièces pour le passeur si l'on considère que ce sont aussi formellement des masques mortuaires.
 
La série des labyrinthes intitulée La Bonne Résolution ( titre du "dessin agissant labyrinthe", les dessins agissants étant un dérivé de la culture ésotérique New Age qui confère à certains dessins un pouvoir, le dessin d'un labyrinthe permettant, si on le suit des yeux jusqu'à la sortie, de tenir une bonne résolution). Le labyrinthe végétal c'est aussi le plaisir de se perdre qui recrée une sorte de jeu. Formellement, il s'agit du détournement d'un célèbre jeu que l'artiste a transformé en "jardins à la française".
 
Flying Like an Eagle est le titre de la pièce sur socle mettant en scène des petits joueurs du jeu de kicker. Lors du coup d'envoi, le joueur qui a la balle peut décider de la lancer en l'air. Dès lors, tous les joueurs doivent crier "Flying like an eagle" ("Gollum" en français). Les joueurs inattentifs se verront retirer 2 points. Le mouvement des adversaires, débarrassés de la barre latérale, le saut coup-de-boule est figé en plein vol.