Anna ZUBER

click the image on the right to enlarge
(FR)

Anna ZUBER
 
Nous sommes heureux de présenter cette exposition de la jeune artiste polonaise Anna Zuber. A travers sa démarche artistique, elle questionne la perception commune de notre quotidien. Ce travail passe par l’appropriation et la transformation d’objets et d’images a priori banales, sans « valeur » apparente. L'utilisation de techniques telles que la dorure, la sérigraphie, la vidéo ou la photographie lui servent à ralentir la perception immédiate que nous avons des choses en stratifiant la réalité afin de susciter une réflexion sur certaines évidences et stéréotypes de notre société.
 
Si son travail récent est essentiellement orienté vers la vidéo, Anna Zuber s'est fait connaître par son utilisation de la feuille d'or pour "sublimer" une réalité brute et la banalité de matériaux quotidiens. L'or agit comme un catalyseur qui capte l'attention du spectateur et déclenche une réflexion. La fascination qu'exerce ce matériau a de multiples facettes. Outre son rôle fondateur dans l'économie de marché, il est également un symbole universel de spiritualité et d'immatérialité. Anna Zuber joue sur ce conflit entre réalité et allégorie, matérialisme et sacré. Elle exploite la puissance visuelle de la matière et en détourne les valeurs symboliques. Symbole de puissance, de richesse et de divinité, l’or aurait le pouvoir d’ennoblir et de sublimer tout ce qu’il recouvre, élevant des objets banals au rang d’œuvres d’art. En questionnant cette propriété conventionnelle de transmutation de l’or, Anna Zuber questionne la société actuelle et le rôle de l’artiste dans celle-ci.
La série Graffiti de luxe s’inspire de moyens d’expression urbains décriés tels que les tags, incisions ou graffitis laissés dans l’espace public. Au cours de ses voyages, Anna Zuber prend des photos de ces traces laissées par des inconnus pour affirmer leur existence, leur art, leur haine, leur croyance, leur revendication ou leur rébellion... A l’aide de la sérigraphie, elle se les approprie et les imprime sur un support recouvert de feuilles d’or. Cette superposition ouvre un champ d’interprétation tant esthétique que sociologique. Le fait de placer ces motifs déconsidérés sur un fond doré modifie leur statut. Ils deviennent les motifs d’une icône.

On retrouve l'utilisation de l'or dans d'autres séries... Azulejos-Złote myśli, littéralement traduit du polonais « pensées dorées » et signifiant « paroles de sagesse », investit l’espace public en y laissant de courtes phrases écrites à l'or sur des carreaux de faïence. Un clin d'œil à la tradition des azulejos datant du 15ème siècle. Dans la série Memories elle utilise cette fois des photographies ou des cartes postales anciennes dont elle recouvre certaine partie à la feuille d'or. Hidden Geometry - Le nombre d'or est un clin d'œil satyrique à Le Corbusier et ses théories du "Modulor", pour lequel "La nature est mathématique, les chefs-d'œuvre de l'art sont en consonance avec celle-ci. Ils expriment les lois de la nature et ils s'en servent". La sculpture I'm in pieces est, quant à elle, un hommage à la fragilité. Un service banal en porcelaine, cassé et donc privé de sa fonctionnalité, mais dont l'artiste souligne par l'or la beautè des fragments.
 
Actuellement, Anna Zuber privilégie la vidéo comme moyen d'expression. L(‘)IN(E)VISIBLE explore les limites de la perception de l'œil humain et cherche à montrer la réalité environnante d'une manière différente. Cette série de vidéos montre le mouvement naturel d'objets et des plantes poussées par le vent. Les contours de ces objets en mouvement créent des images. D'après la célèbre citation d'Antoine de Saint Exupéry: «L'essentiel est invisible pour les yeux», les vidéos attirent l'attention sur l'importance de choses que nous ne remarquons plus dans notre course effrénée du quotidien. L'autre vidéo intitulée  perception doesn’t show reality as it is est une métaphore visuelle du processus mental par lequel notre cerveau crée ou recrée ce que nous appelons la réalité. Le point de départ, et d'arrivée, est une photographie d'un séjour en Algérie extraite d'un album de famille.

__________________
(EN)

Anna ZUBER
 
We are pleased to present the exhibition of young Polish artist Anna Zuber. Through her artistic approach, she questions the common perception of everyday life. This work involves the appropriation and transformation of objects and images without apparent "value". Techniques such as gilding, screenprinting, video or photography is used to slow the immediate perception of things by laminating reality in order to stimulate a reflection on some evidence and stereotypes of our society.

If her recent work is mainly oriented video, Anna Zuber is known for her use of gold leaf to "sublimate" gross reality and banality of everyday materials. Gold acts as a catalyst that captures the viewer's attention and triggers a thought. The fascination of this material is multifaceted. Besides its founding role in the market economy, it is also a universal symbol of spirituality and immateriality. Anna Zuber plays on the conflict between reality and allegory, materialism and sacred . She exploits the visual power of the material and diverts its symbolic values. Symbol of power, wealth and divinity, gold would have the power to ennoble and beautify all it covers, elevating mundane objects to the rank of art. By questioning this conventional property of gold transmutation, Anna Zuber questions our current society and the role of the artist.

Graffiti de luxe series is inspired by urban means of decried expression such as tags, incisions or graffiti in the public space. During her travels, Anna Zuber takes pictures of the traces left by unknown to assert their existence, their art, their hate, their belief, their claim or rebellion ... Using screen printing, she appropriates and prints it on a background covered with gold leaf. This superposition opens a field of aesthetic and sociological interpretation. Placing these discredited patterns on a golden background affect their status. They become the subject of an icon.

We find the use of gold in other series... Azulejos-Złote myśli, literally translated from Polish "golden thoughts" and meaning "words of wisdom" investing public space by leaving short written golden sentences on tiles. A nod to the tradition of 15th century tiles. In the series Memories she uses photographs or old postcards which are partly covered with gold leaf. Hidden Geometry – Le nombre d’or is a satirical nod to Le Corbusier and his theories of the "Modulor" for which "Nature is mathematical, the art masterpieces are in consonance with it. They express the laws of nature and they use it". The sculpture I'm in pieces is a tribute to fragility. An ordinary porcelain service, broken and thus deprived of its functionality, but which the artist emphasizes the amazing beauty of fragments with gold.

Currently, Anna Zuber favors video as a means of expression. L( ')IN(E)VISIBLE explores the limits of perception of the human eye and seeks to show the surrounding reality in a different way. This series of videos shows the natural movement of objects and plants moved by the wind. The moving contours of these objects create drawings. According to the famous quote by Antoine de Saint Exupéry: "The essential is invisible to the eyes", the video call attention to the importance of things we do not notice in our everyday life rat race . Another video entitled Perception does not show reality is a visual metaphor of the mental process by which our brain creates or recreates what we call reality. The point of departure and arrival, is a photograph of a stay in Algeria extracted from a family album.

Anna ZUBER
Wroclaw, Pologne (°1983)

Exhibitions (selection)

2016 
"All That Glitters is Not Gold", Frederic Collier, Brussels
"Wind of changes", SCHAU, Dresden, DE
"Graffiti de luxe " UGC ART BOX, Brussels, BE
2015 
"See if you can remember to forget", Sopa Gallery, Kosicie, Slovakia
"Why is the Universe so Large, Flat and Full of Structure?"
 DE LICEIRAS 18, Porto, Portugal

 “ca va aller” AHAHA open atelier, Brussels, Belgium
 
 “(un)defined” Photo Gallery, Brussels, Belgium

2014 
Parcours/ParKunst, landart exhibition, Brussels, Belgium

“ Vis-à-vis” Common places gallery, Brussels, Belgium

“iCons & Underground”,Common places gallery, Brussels, Belgium
2012 
“Graffiti de luxe”,  Grey House Gallery, Cracovie, Pologne
Graffiti de Luxe Live, intervention dans l'espace urbain, Maly Rynek, Cracovie, dans le cadre de l'exposition à la galerie Grey House

AWARDS

2011 
Lauréate du prix de la Fondation Grey House “ the most intrigue personality among the young Polish artists”

RESIDENCIES

2015 
KAIR Koscie Artist in Residency ( octobre/novembre), Koscie, Slovakia dans le cadre Wroclaw Capital of Culture 2016
DE LICEIRAS 18, Porto, Portugal
2010
Résidence artistique "72 h pour créer" Centrale 7 Nyoiseau, France